Homosexualité

Nous ne sommes pas affiliés, associés, autorisés, endossés par, ou en aucune façon officiellement connecté avec La Fondation des Maladies Mentales, ou l'une de ses filiales ou ses filiales. Ce forum est ouvert à tous et en aucun temps le contenu de celui-ci ne peut remplacer la consultation d'un spécialiste certifié.

Le texte de cette section est tiré d’un Rapport d’un groupe de réflexion initié par Gai Écoute, intitulé L’urgence d’agir, La prévention du suicide chez les personnes homosexuelles, Une question de santé mentale, 29 septembre 2004. Il est reproduit avec l’autorisation de Gai Écoute.

« Si certains questionnent l’ampleur du phénomène du suicide chez les personnes homosexuelles, il s’en trouvera peu pour nier qu’elles doivent traverser une période de crise d’identité en rapport avec l’orientation sexuelle, période qui leur est propre.

Cette période de crise est caractérisée par un questionnement, un inconfort, un stress et une anxiété liés à la découverte, à la prise de conscience d’une orientation sexuelle qui n’est pas celle de la majorité, ce qui pousse à l’isolement et à la solitude.

Le moment, la durée, l’âge où se présente la période de crise d’identité sexuelle varient d’une personne à l’autre. À la puberté et à l’adolescence pour plusieurs, à l’âge adulte pour d’autres, on découvre une attirance sexuelle pour une personne du même sexe.

Généralement, en raison du secret qui entoure ce phénomène, les personnes homosexuelles ne peuvent bénéficier du soutien de leurs proches, comme c’est souvent le cas pour d’autres problématiques. Se réfugiant derrière le silence et le secret tout au long de ce processus, elles doivent affronter des facteurs déstabilisants, générateurs de stress et d’anxiété.

Être homosexuel n’est pas un problème en soi. Les personnes homosexuelles ne subissent pas de traumatismes du simple fait de leur condition homosexuelle, mais plutôt de leur exposition à l’homophobie. La pression sociale qu’elle engendre provoque un stress important. Elle se manifeste sous toutes les formes possibles, dont le rejet et la discrimination et elle engendre la honte, l’isolement et la solitude.

Bien que le phénomène soit difficile à mesurer, on compte un nombre impressionnant d’études portant sur la question de l’orientation homosexuelle et du suicide qui font état d’une surreprésentation des cas de suicide chez les personnes homosexuelles.

Parmi les nombreuses études répertoriées, mentionnons une enquête canadienne conduite par
Bageley et Tremblay, menée en 1997 auprès de 750 jeunes hommes de la région de Calgary, qui montre que les jeunes hommes homosexuels et bisexuels comptent pour 62 % des jeunes hommes ayant tenté de se suicider, alors que cette population ne représente que 12,7 % du total de l’échantillon. »

Ici au Québec, 600 répondants de la Cohorte Oméga, étude portant sur la santé d’hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, a montré que 36 % d’entre eux avaient tenté de s’enlever la vie. Pour leur part, 15 % des jeunes avaient fait plus d’une tentative de suicide. (Rapport d’un groupe de réflexion initié par Gai Écoute, L’urgence d’agir, 2004, p.8)
Les jeunes homosexuels ont un taux de tentative de suicide de 6 à 16 fois supérieur à celui observé chez les jeunes du Québec. (Secrétariat à la jeunesse du Québec. La Stratégie d’action jeunesse 2006-2009, Portrait de la jeunesse, 2006)

Lien utile

Gai Écoute 
Gai Écoute est un centre d’aide et de renseignements à l’intention des personnes concernées par les questions relatives à l’orientation sexuelle. Référer, informer et aider les jeunes qui doutent de leur sexualité.
Ligne d’écoute :
Téléphone à Montréal : 514.866.0103
Téléphone de l’extérieur : 1.888.505.1010 (sans frais)
Service d’aide par courrier électronique : aide@gaiecoute.org

http://www.gai-ecoute.qc.ca/